RAYMOND DEPARDON 

Errance

EXPOSITION DU 13 SEPTEMBRE 2019 AU 15 JANVIER 2020

Horaires d'ouverture :

Lundi : 14h – 19h et du mardi au samedi : 10h30 – 19h

 L'EXPOSITION 

J’ai mal !...

C’est le début de l’hiver, un jour comme les autres, dangereux... qui laisse filer le temps. Une impression de malaise me gagne, un manque d’enthousiasme, des projets flous, des désirs frustrés, enfin rien de très inquiétant, ce sont des pensées un peu sombres.

Je suis seul responsable.

Je pense à un prochain rendez-vous avec une importante institution. Je suis censé réfléchir à un nouveau travail à réaliser, il me faut donner des réponses claires et, pour la première fois, remplir des cimaises, beaucoup de murs blancs.

Je ne suis pas très « exposant ».

Que faire ?... Je suis libre, il me manque le désir, c’est-à-dire le plus important. Cette responsabilité me pèse. Il y a trop de guides, pas assez de solitude !...

Je pourrais partir sur les routes, chercher le réconfort dans les déserts, fuir dans des histoires à me donner bonne conscience, vanter l’utilité de mon métier ou faire l’éloge des derniers hommes libres...

J’ai le choix aussi de retourner sur des lieux aimés pour y travailler différemment. Mais rien ne me plaît !

Un matin, je me retrouve dans le bureau du rédacteur en chef d’un grand magazine illustré, à l’initiative d’un commercial de mon agence. Nous avons parlé de voyages, de sujets, il me savait réticent à certaines photographies. Habile et sympathique. Nous avons beaucoup parlé des écrivains voyageurs.

Un mot revenait toujours dans la conversation, c’était le mot errance. Mais comment photographier cette errance et d’abord qu’est- ce que cela voulait dire ?

Je promis d’y réfléchir...

Je rentrai chez moi et regardai la définition d’errer dans un dictionnaire : « aller çà et là à l’aventure », « aller de côté et d’autre en parlant des choses », « qui ne se fixe pas, qui s’égare ».

Il me faut vivre cette quête qui est la mienne... Elle arrive à un moment, ni bon ni mauvais, elle est nécessaire... Pour être juste, cette errance est forcément initiatique... Mon regard va changer... Cette quête devient la quête du moi acceptable.

 

EXTRAITS DU LIVRE ERRANCE, EDITIONS DU SEUIL, 2000

 

Patagonie, Argentine, 1999 © Raymond Depardon / Magnum Photos

 L'ARTISTE 

Raymond Depardon, né en 1942 à Villefranche-sur-Saône, se passionne très tôt pour la photographie en prenant comme sujet la ferme familiale. En 1966, il co-fonde la mythique agence Gamma.

Parallèlement à sa carrière de photographe, R. Depardon commence dès 1963 à tourner des documentaires, notamment sur la politique avec un documentaire en 1974 sur la campagne électorale de Valéry Giscard d’Estaing. Depuis, il a réalisé de nombreux films, portant son regard humaniste aussi bien au Tchad que sur un asile psychiatrique, aux urgences, dans les palais de justice ou sur les problèmes du monde paysan. En 1978, il rejoint l’agence Magnum Photos.

Raymond Depardon a reçu de nombreux prix récompensant une œuvre foisonnante, dont le Grand Prix National de la Photographie en 1991. En 2006, il est invité en tant que directeur artistique aux Rencontres Internationales d'Arles. En 2013, il entame un tour de France pour de nouvelles prises de vue pour l’exposition « Un moment si doux » présentée au Grand Palais (nov. 2013 – fév. 2014). La même année, « La France» est présentée au Museo de Bellas Artes de Caracas au Venezuela et commence une tournée en Amérique latine.

En 2017, le film « 12 jours » est présenté au Festival de Cannes. En octobre 2017, l’exposition «Traverser» ouvre à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris.

Autoportrait de Raymond Depardon, France, 1995
© Raymond Depardon / Magnum Photos

 PHOTOS DU VERNISSAGE 

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2018